Selon Google, priver Huawei d'Android menacerait la sécurité des États-Unis

Si Android devient plus fragmenté, Google pense que tout le monde sera perdant (The Verge).

Selon Google, priver Huawei d'Android menacerait la sécurité des États-Unis
Huawei

Depuis l'introduction du géant chinois Huawei dans la liste des entités américain, aucune autre entreprise mondialement reconnue n'a essayé de prendre le partie du géant chinois. Toutefois, les choses semblent à présent bougées du côté des États-Unis, car Google essaie de persuader le gouvernement américain que paralyser Huawei pourrait compromettre la sécurité nationale américaine. Selon un rapport de The Financial Times, l’argumentation est fondée sur la vulnérabilité du système que les Chinois devront adopter dans leurs appareils.

Pour Google, le fait que Huawei soit contraint de proposer son propre système, basé éventuellement sur Android, sera préjudiciable. En effet, par manque de services Google, la version du système d'exploitation présente sur les appareils Huawei ne recevrait pas toutes les mises à jour de sécurité et serait «plus facile d'être piratée».

Le système de Huawei ne s'appuierait plus sur des outils tels que Google Play Protect, qui analyse les menaces dans les applications. Il aurait également besoin d'une alternative au Play Store, qui serait certainement moins efficace.

Sans tenir compte de l’embargo commercial imposer par les États-Unis, les smartphones fabriqués en Chine seront toujours utilisés pour communiquer avec des personnes aux États-Unis. Et comme ils seraient les plus vulnérables, ils pourraient être utilisés pour pirater des informations délicates.

Pour préserver le bon fonctionnement des téléphones mobiles existants, une licence temporaire a été octroyée à Google pour offrir des mises à jour logicielles aux appareils de Huawei, et expirera toutefois le 19 août prochain.

Bloomberg explique que le géant chinois Huawei a affirmé que s’il a besoin de développer un système d'exploitation alternatif, elle peut le faire « très rapidement ». La société ne déclare pas si elle serait vraiment basée sur le système Android existant.

Le président du conseil d'administration de Huawei Technologies Co. Ltd, Liang Hua, a déclaré cette semaine que l'entreprise n'a pas encore entamé une négociation directe avec le gouvernement américain pour résoudre la situation. Pour l'instant, l'entreprise attend de savoir si les plans de Google évoluent.