Samsung, LG et la Chine préparent déjà l'arrivée de la 6G pouvant attendre 1 To/s

Le successeur de 5G devrait arrivé en 2030.

Samsung, LG et la Chine préparent déjà l'arrivée de la 6G pouvant attendre 1 To/s
Réseau 6G

La 5G est déjà en oeuvre en Corée du Sud, et devrait bientôt arrivée aux États-Unis et en Europe, il est donc temps de développer la prochaine génération de réseaux mobiles. Samsung a annoncé cette semaine la création d'un nouveau centre dédié à la 6G et LG a fait la même chose en janvier dernier. En d'autres termes, la Chine promet d'entamer des recherches dans ce même domaine d'ici 2020, en vue d'un lancement commercial en 2030. L'objectif ici est d'atteindre des vitesses allant jusqu'à 1To/s (téraoctets par seconde).

Le magasine sud-coréen Korea Herald explique que Samsung Research, la principale division de recherche et développement de l'entreprise, a ouvert le Centre de recherche en communications avancées basé à Séoul, en Corée du Sud.

«L'équipe actuelle de normalisation des technologies de télécommunications a été élargie pour commencer à mener des recherches sur les réseaux 6G», déclare un dirigeant de Samsung. La division recherche et développement de Samsung travaille également sur des projets d'intelligence artificielle et de robotique.

LG quant à lui a annoncé en janvier dernier un centre de recherche 6G en partenariat avec KAIST (Advanced Institute of Science and Technology of Korea). «Nous voulons anticiper les technologies clés de la sixième génération de réseaux sans fil», a déclaré la société.

Samsung et LG sont leaders dans le domaine des brevets 4G et souhaitent étendre leur position dominante dans les technologies 5G et 6G. Cependant, ils ne seront pas les seuls, car la Chine prévient qu'elle commencera ses recherches sur les réseaux de sixième génération d'ici 2020, avec l'objectif de dominer le secteur d'ici 2030.

La 6G vise des vitesses allant jusquà 1 To/s dans le spectre THz.

Dans ce cas, c'est quoi alors la 6G? Selon VentureBeat, le professeur d'université Ari Pouttu, directeur adjoint du programme 6G Flagship en Finlande, a dclarer «Je ne sais pas ce qu'est la 6G, personne ne le sait». Cette réponse du professeur est légitime, car le travail des institutions de recherche est précisément de créer des solutions aux problèmes que les réseaux 4G et 5G ne peuvent résoudre.

passage de la 4g a la 5g

Il y a deux points de départ aujourd'hui pour caractériser un réseau haut débit sans fil, la vitesse et le spectre. L'idée est de viser des vitesses de 1 téraoctet par seconde sur des fréquences supérieures à 1 THz (la technologie 5G utilise des bandes gigahertz).

Bien sûr, rien de tout cela n'est encore possible. Pour fonctionner dans un spectre à 1 THz (térahertz), il faudra faire progresser les processeurs, les composants et les sources d'énergie, de sorte que le plus tôt la recherche commencera, le mieux ce sera. Cette année, la FCC a déjà ouvert les fréquences entre 95 GHz et 3 THz à des fins purement expérimentales selon VentureBeat.

Il faut environ dix ans pour élaborer chaque norme de réseau, de sorte que la 6G devrait être lancée en 2030. le professeur Ari Pouttu croit que le réseau de sixième génération viendra dans une ère post-smartphone.