Intel disposera enfin de processeurs 10 nm

En plus d'atteindre 10 nanomètres avec l'architecture Sunny Cove, Intel promet de lancer une nouvelle génération de GPU intégrés.

Intel disposera enfin de processeurs 10 nm
Intel processeurs 10 nm

Nous sommes déjà a la fin de cette année pleine de rebondissement dans le monde de la technologie et les résolutions de 2019 sont au rendez-vous. C'est du moins le cas d'Intel: Car Lors d’une journée de l’architecture organisée cette semaine, Intel a présenté une stratégie particulièrement lucide pour le développement de ses futurs processeurs, dont la plupart s’articuleront autour de la fragmentation des divers éléments d’un processeur moderne en «chiplets» empilables.

Le grand objectif d’Intel pour la fin de 2019 est de proposer des produits construits sur ce qu’on appelle la superposition Foveros 3D: une première implémentation de composants de traitement empilés dans une puce. Nous avons déjà vu la mémoire empilée; A présent, Intel fait quelque chose de similaire avec le processeur, permettant à ses concepteurs de laisser tomber un surcroît de processus de traitement sur une puce déjà assemblée.

intel chipset 10 nm
Crédit/Intel

Ainsi, la mémoire intégrée, la régulation de la puissance, les graphiques et le traitement de l’intelligence artificielle peuvent tous constituer des chiplets distincts, dont certains peuvent être empilés les uns sur les autres. Les avantages d’une densité de calcul et d’une flexibilité accrues sont évidents, mais cette approche modulaire permet également à Intel de relever l’un de ses plus grands défis: construire des puces complètes à l’échelle de 10 nanomètres.

Des Processeurs Intel basé sur l'architecture 10 nm

Les processeurs Core Architecture Skylake (sixième génération) a été lancé en 2015 et devraient représenter la dernière incursion d'Intel dans le processus de fabrication 14 nanomètre. L'architecture de Cannon Lake suivrait afin de ramener les familles Core et Xeon à 10 nanomètres.

Le plus grands défis ici pour Intel était de travailler avec un niveau de miniaturisation aussi avancé. Les puces de 10 nanomètres ont donc été retardées plus d'une fois. Afin de ne pas rester les mains vides, car elle a su gérer tous les défis techniques de la nouvelle architecture, la société a publié des récits de la génération Skylake. Pour bien comprendre cela nous allons vous expliquer pas à pas:

Tout d'abord viennent les sept générations de puces Kaby Lake. Révélés en 2016, ils ont introduit des fréquences légèrement plus grandes et prennent en charge des fonctionnalités telles que le streaming en 4K, par exemple. L'année dernière, nous avons eu la huitième génération de processeurs Coffee Lake, axée sur un plus grand nombre de cœurs.

Puis dès 2018, Intel a introduit les puces Whiskey Lake. En plus de nous donner envie de boire(petite blague), ils ont été optimisés du point de vue de la connectivité. Mais, il a bien qu'ils été dévoilés cette année, ils sont toujours considérés comme des processeurs de huitième génération.

Les puces de neuvième génération ont été annoncées seulement en octobre. Le processeur Core i9-9900K est un produit haut de gamme. Elles sont considérées comme des puces Coffee Lake mise a niveau.

Tout cela semble déroutant, non? Si déroutant que ce qui compte le plus pour le moment, c’est de savoir que toutes ces puces sont basées sur l’architecture de Skylake et ses 14 nanomètres. Cela nous amène à l'architecture récemment annoncée de Sunny Cove.

intel-sunny-cove
Crédit/Intel

Sunny Cove sera au cœur des processeurs Intel et Core de prochaine génération d'Intel dans la seconde moitié de L'année prochaine, Intel a promis de manière générale d'améliorer la latence et de permettre l'exécution parallèle de davantage d'opérations (ce qui ferait plutôt office de GPU). Sur le plan graphique, Intel a également un nouveau système graphique intégré Gen11 «conçu pour briser la barrière des 1 TFLOPS », qui fera partie des processeurs 2019 «basé sur l'architecture 10 nanomètres». La seule chose qui n'a apparemment pas changé dans les projets d'Intel est son intention d'introduire un processeur graphique distinct d'ici 2020.

intel gpu gen11
Crédit/Intel

Une autre avancée importante concerne le support des mémoires virtuelles et physiques. Dans les architectures actuelles, il est théoriquement possible d'adresser jusqu'à 256 To de mémoire dans les deux catégories. L’architecture du Sunny Cove élèvera ces limites à 128 Po (pétaoctets) de mémoire virtuelle et à 4 Po de mémoire physique grâce à l’inclusion de bits supplémentaires dans l’adressage.

Il reste encore beaucoup de détails à révéler, mais en résumé, nous pouvons nous attendre à des processeurs plus rapides (comme d'habitude), à ​​des performances supérieures dans les applications actuelles (telles que celles impliquant une intelligence artificielle).

Les premiers processeurs Core et Xeon dotés de l'architecture Sunny Cove sont prévus pour le second semestre de 2019. Les successeurs seront les puces Willow Cove qui seront lancées en 2020 et les puces Golden Cove promises en 2021.

intel chipset 10 nm
Crédit/Intel

Il est possible que ces générations successives utilisent Foveros 3D, un processus de fabrication développé par Intel, qui permettra aux composants d'être "empilés" dans les puces, comme c'est déjà le cas avec les modules de mémoire de Toshiba.

Les annonces d’aujourd’hui montrent clairement qu'Intel a entrepris de repenser et de réorganiser sa stratégie et sa philosophie en matière de conception de puces. C’est tout ce qu’on attend de la société qui a embauché un nouvel architecte en chef, Raja Koduri, il y'a un an de la firme concurrente AMD. Koduri était une figure éminente chez AMD et il a manifestement joué un rôle tout aussi influent dans l'orientation de l'avenir d'Intel.